Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Page principale

Dimanche (05/06/16)

Bords du monde

Infiniment j'aimerai encore regarder dans les lumière de la nuit. L'air frais, sur la peau, entre les eaux est le même. L'air parsemé de pluie et cette rumeur de la nuit. Respirer à pleins poumons et jusqu'au fond des veines les fleurs mielleuses, la nuit. Est à nouveau bleu roi, noyé du reflet orangé de la ville. La nuit est comme un lagon. Transparent, de bruits secs et de rumeurs étouffées, de folie retombée. Au loin l'écho d'un clocher - comme le tournoiement d'un phare, quelque part - boussole d'une nuit à la dérive. Eclats de voix et bruits de pas, quelques secondes, le temps de la rue traversée, et puis le tonnerre doux et lointain d'un avion qui ne va nulle part.

Je parcours le monde et ses journées et sans cesse reviennent les images de ce qui m'a heurté, effleuré, soufflé, étourdie, plongée, abandonnée, retrouvée. Nous parcourons pour toujours ce monde, ses déjà-vus et ses falaises abruptes où s'arrête une galaxie et ou commence la prochaine.

J'écris si peu maintenant, mais j'ai sous la peau encore chaque frisson, chaque grain de sel au fond des yeux. Ecrire le souvenir de ce coin d'île au large de Vancouver, à 20 minutes direction sud depuis la station du ferry. Ecrire la forêt, le béton brûlant, l'air silencieux, chargé de feuillage et d'été et d'océan imminent. Cette petite maison construite de leurs propres mains, gorgée des couleurs souvenues du Mexique et d'une vie remplie.

Les colibris flottant dans l'air, puis disparus subitement. Les biches dans le jardin venues grignoter les fleurs au bord de la maison. Et surtout le silence, le silence du vent dans les feuillages, le silence paisible d'un soir d'été sur une île. Les hamacs sur la terrasse et la silhouette de D., déjà fatiguée, un peu desséchée, mais tellement prête à vivre encore et encore cette vie jusqu'à sa fin, sa silhouette dans le hamac - être là, simplement, regarder encore un peu dans les profondeurs de ce jardin que l'on connaît par coeur, regarder encore un peu la nuit tombée, regarder encore un peu sans vraiment regarder peut-être, juste être, être là dans l'odeur des pins.

Le soleil du soir, le soleil du matin d'un côté ou de l'autre de la maison. Le calme et cette simplicité d'être - je n'en reviendrai peut-être jamais, de cette fascination pour une petite maison, au bout d'une petite île canadienne, au bord du monde.

Bien plus, je n'en reviendrai peut-être jamais de. Se permettre d'être simplement là, à respirer l'instant sans penser une seconde à être ailleurs.

De toutes mes forces j'espère que j'aurai ou que je garderai, moi aussi, de la sève de cette vie pour la reconstruire encore et encore, différemment, nouvellement, au fil décousu des années, sans penser une seconde à être ailleurs.

Je garde le crépuscule tombé sur l'océan, les silhouettes de ces îles quelque part entre ciel et mer, le bord de l'eau, infini. Le bord de l'eau et le bord du monde, comme réunis.

Il y a certainement un million de bords du monde sur cette planète. Il y a le bord du monde derrière la barrière de ce balcon. Il y a le bord du monde au bord de cette nuit. Il y a le bord du monde dans l'odeur de la terre détrempée après l'orage, le bord du monde dans les lumières scintillant au loin. Il y aura le bord du monde demain à l'aube.

Par aubes, 23:50.

Lire la suite ( - )

Mercredi (11/11/15)

Laisser entrer la lumière

Oh les crevasses que l'on se créé. Lorsqu'on a vingt ans, à peine, que l'on tente de construire la vie et d'y mettre un peu tout ce que l'on voudrait - tant de choses qui ne pouvaient jamais cohabiter.

Les fossés, les rocs aux dents pointues, sur lesquels on se fait trébucher, un peu ivre de tous ces sentiments dont on ne sait rien, dont on ne fait que découvrir l'intensité.

Oh les profondeurs que l'on tranche, dans le coeur d'un être dont on sait si peu, si ce n'est qu'on pense l'aimer.

L'on me parlait de conséquences, et je ne savais que trop bien ignorer ce que je ne voulais entendre. C'est donc vrai. L'on passera donc toute une vie dans la peau que l'on s'est créé et la peau n'oublie jamais vraiment. La peau de l'âme, non plus.

Au bord de ces précipices, il n'y a que le présent à saisir désormais, à vivre de tout coeur, à nouveau, comme si nos surfaces n'avaient jamais été blessées. Et par les fissures de nos êtres, laisser entrer la lumière.

Par aubes, 12:26.

Lire la suite ( 2 mots )

Comme quelques mots

Comme quelques mots, juste quelques mots, peuvent ramener à la surface tant de sentiments que le corps avait oublié. Cette douleur que je pensait avoir désapprise, laissée sur le bord de l'une de mes routes aux souvenirs.

Il y a quelques jours je disais à Ma. mon avis sur le pouvoir infini qu'ont les mots de vous déchirer, de vous réparer, de vous retourner dans tous les sens, de vous apaiser. Ce pouvoir qu'ont les mots de capturer des fragments de cette vie folle belle indicible, des fragments tranchants, fondants, des fragments de vie coulant comme du miel sur la peau, ou des fragments qui vous poignardent jusqu'au fin fond.

Et voilà qu'à la table d'un restaurant aux couleurs branchées flashées et à l'ambiance tamisée, devant une bougie éteinte, quelques mots ramènent comme une marée la mousse onctueuse de certaines souvenirs salés sur les lèvres et puis aussi les cadavres de sentiments avalés, non-dits, dégoûtés.

Quelques mots et puis maintenant il faudra guérir à nouveau, passe-t-on donc toute une vie à guérir de maux trop jeunes pour comprendre ce qu'ils faisaient? Trop têtus pour l'admettre.

Pour guérir il y a la couleur d'un pamplemousse coupé en deux peu après huit heures du matin, l'odeur du café moulu, il y a les conversations dans la cuisine comme à mi-voix, il y a les paysages visités, décousus, recomposés à travers l'objectif et les teintes inventées, il y a le brouillard du matin, il y a la perspective des rails qui me mèneront jusqu'au lieu de mes vingt ans. Pour guérir il y aura peut-être les allées désertées du Luxembourg un matin de semaine, les rayons infinis d'une librairie, les larges boulevards, le thé derrière l'une des innombrables fenêtres un peu embuées ou simplement illuminées du crépuscule de l'automne, il y aura la voix de C. aux accords de jazz, il y aura les retrouvailles et les infinies conversations à nouveau. 

Pour guérir surtout, à chaque instant, y a le présent et sa splendeur imperceptible. Sa beauté impalpable, son pouvoir indicible que d'être vécu inventé à chaque seconde, bien au-delà de tout ce que les mots peuvent déchirer ou reconstruire, au coeur même, de la vie jamais évanouie. 

Par aubes, 11:30.

Lire la suite ( - )

Mardi (23/06/15)

Par surprise

Les rails du train et le mouvement lent, les paysages piqués d'arbres fins, fins, tout plein, tout plein. Plein. Les côtes étincelantes, les îles dans la brume, les montagnes au loin, les rues en pente bordées de plantes. L'odeur des sapins, des aiguilles tombées à terre en trouvant mon chemin vers cette maison dans la forêt de Wh*stler. Le calme, silence partout. La vie comme en flot, comme en l'air, quelques parts dans les échos silencieux des alentours. Les montagnes surgies soudainement au détour d'un chemin, les rivières courant plus vite que les routes, parfois laiteuses, parfois transparentes. Les îles piquées de sapin sur la rivière et les chaînes de montagnes, encore. Les falaises abruptes. La neige éparse. Les rocs rouille. Les cascades vrombissantes, assourdissantes, gouttelettes sur ma peau par milliers. Soleil éblouissant, nuages dans mes cheveux, nuages emmêlés autour des sommets ensommeillés. Soleil ruisselant sur les eaux, vagues salées. Le vent dans mes cheveux sur le bateau qui rejoint la côte est de la plus grande île. Biches dans le jardin, silence environnant. Maison éparses, route déserte et bouillante, je marche. Jardins immenses. La pièce où H. fait du pain tout en haut de la colline et leur maison avec vue sur les eaux. Le soleil déclinant dans le jardin silencieux, vrombissement doux et léger d'un colibri. Hamacs chancelant doucement. La côte au crépuscule, les vagues contres les rocs et la plaine avec l'herbe, bateaux juste avant la nuit. Une heure dans la voiture avec A., ses cheveux blonds et ses yeux bleus un peu spéciaux que je n'avais pas devinés sous ses verres teintés mais j'avais aimé son pantalon déchiré et ses cheveux longs. (Du coin des yeux remarquer comment sa retenue se détendait imperceptiblement.) Plages désertes, le village de bord de mer et mon sentiment d'être légèrement perdue. W. rencontré entre les étals de cette boutique seconde main, finalement cela valait la peine d'attendre M. pendant deux heures. W. et ses yeux océan Atlantique qui m'ont accrochée. Le suivre dans la forêt emmêlée jusque sur les rebords de la falaise - le soleil doré éclaté en milliers sur l'eau depuis l'océan. Courir à sa suite pour rattraper le coucher du soleil, les derniers rayons sous la plage - exaltation dans les veines. Le feu sur le sable fin, la nuit tout autour et le feu et quelques visages presque inconnus. Il y a encore tant, tant à garder entre les doigts. Ce pays, par surprise, et cette sensation de pouvoir être simplement moi-même, sans effort, sans peur, et ses horizons libérateurs. Lacs bleus, bleus perçant, bleu et je serais bien restée des heures sous la pluie fine à contempler la surface de l'eau, tantôt rugueuse, tantôt lisse, le temps s'était arrêté au bord de ce lac, au bord du vide et du sommet de cette montagne reflétés dans l'eau.

Par aubes, 22:49.

Lire la suite ( un mot )

Mardi (17/02/15)

Maintenant

Dans le grand ciel bleu très pâle, dans le pan de mes rideaux inondé de lumière. Il n'y a que maintenant. Je suis faite pour les espaces lumineux, le bois, l'odeur des pins et la hauteur des mélèzes, le bruit de la neige sous mes pas et le silence palpable, pour les couleurs légèrement chaudes et les sons à la guitare, la course du piano, je suis faite pour l'apaisement d'une fin d'après-midi peu après dix-sept heures, pour les conversations à mi-voix et pour les rires éclatés très fort, pour les fleurs de cerisier au début du printemps et pour l'aube des jours d'été, pour les repas ensemble et l'apaisement trouvé au milieu de nulle part, pour les feux de bois, les livres empilés, les images parcourues du bout des doigts, les histoires racontées et les maintenants solitaires et partagés.

Par aubes, 17:16.

Lire la suite ( - )

Jeudi (29/01/15)

Piquent mes yeux

Traverser Waterloo Bridge en route vers le Royal Opera House. Toutes les lumières piquent mes yeux et le vent glacial, glacial jette mes cheveux partout, je m'arrête au milieu du pont pour mieux absorber les lumières et me sentir vivante. 

Après le ballet, laisser A. dans un taxi noir, A. au bord du vide de son histoire. Reprendre le pont dans l'autre sens et penser qu'il y a plus de six mois, c'était la chute libre et la douleur aiguë à l'intérieur, et maintenant traverser ce pont sereinement, à boire les lumières et me dire qu'après tout, oui, c'était vrai, il fallait juste du temps, (on s'en remet, vraiment).

Par aubes, 11:10.

Lire la suite ( 2 mots )

Vendredi (16/01/15)

Peut-être jamais

Il me reste des fragments de toi, oh oui. Ils me voilent parfois le regard. Pourtant, non, tu ne me manques plus. Mais il reste des fragments de toi auxquels je repense avec tendresse. Une tendresse sereine. Et j'espère ne pas les perdre, ces poussières de lumières que tu as laissé flotter dans un rayon de ma vie. Parfois je repense à ton assurance calme, elle déguisait ton insécurité discrète. Ton honnêteté simple, et le labyrinthe de ta tête duquel parfois tu ne retrouvais plus la sortie. J'avais apprivoisé ton visage. En y repensant j'ai l'impression qu'on aurait pu devenir si proches, et qu'on est restés plutôt lointains. Pourtant j'ai l'impression parfois d'avoir saisi un peu du fond de ton être, que j'aimerais tant retrouver parfois. parfois pas du tout. Je te laisserai là où tu as décidé de rester, quelque part dans ce qui est aujourd'hui un morceau de mon passé. Peut-être te reverrai-je un jour, peut-être jamais. 

Par aubes, 20:27.

Lire la suite ( - )

Jeudi (15/01/15)

Avant de laisser la vie

Une chanson passant machinalement dans les hauts-parleurs du café désert me ramène à un matin de juin. La même chanson s'échappait de la chambre de Sara tandis qu'elle se préparait à partir, il était environ neuf heures et il faisait beau et déjà tiède. Je préparais le café que j'irais boire pieds nus dans l'herbe. C'était un moment d'une douceur folle. J'avais si mal jusque dans les entrailles, j'avais encore mal oh oui et je ne savais pas encore très bien comment je continuerais ma vie, comment un jour tout cela pourrait n'être plus qu'un lointain souvenir, mais cette chanson et cette matinée de juin et Sara qui se préparait et la belle maison et mes draps blancs et le goût du café et l'herbe encore fraîche, l'insouciance de ces notes-là, et au fond de moi quelque chose déjà se réparait, doucement. Au fond de moi je retrouvais doucement le goût de cette vie comment je l'aime. Si juin est mon mois préféré, ce juin-là avait été peut-être le plus amer de tous et pourtant doux, aussi. Aujourd'hui j'avais presque oublié le sentiment de ce matin-là. Une chanson me le souvient comme ça l'air de rien, et c'est la même amertume douce qui revient dans mon palais, pour rien au monde je ne voudrais y retourner mais maintenant je peux chérir ce souvenir-là, aussi, je peux accueillir la douleur vécue parce que je l'ai digérée, parce que la vie a continué, parce qu'il y avait des personnes comme Sara qui, sans le savoir, étaient là, permettant par leur simple présence une profonde gratitude en moi. Je peux chérir ce souvenir-là pour l'avoir vécu si intensément avant de laisser la vie continuer.

Par aubes, 21:47.

Lire la suite ( - )

Mercredi (07/01/15)

Presque silencieuse

La peau froide et le mal léger au ventre. Le matin dans la ouate un peu. La journée presque silencieuse.

Par aubes, 20:50.

Lire la suite ( un mot )

Samedi (27/12/14)

Sous l'eau d'un lac un jour d'air frais

Ce ne sont pas les traits d'enfant de tes 35 ans qui m'ont fait de l'effet. (Peut-être un peu.) La façon dont tes yeux s'attardent sur le visage de tes interlocuteurs; sur le mien. Te sentir me regarder encore alors que j'avais détourné les yeux. Est-ce cette façon d'observer le monde, pour mieux peindre? Tes yeux couleur sous-l'eau d'un lac un jour d'air frais. J'ai détesté mon trouble à cet instant où nous nous trouvions seuls dans la pièce sombre, quelque part dans ce rai de soleil déjà déclinant du milieu de l'après-midi. J'ai aimé ta façon de t'asseoir sur cette chaise au bout de la table sans rien dire. Je me demande si tu as pensé que je te plaisais, si tu m'as prise pour une gamine, si tu m'as un peu méprisé, si je t'ai intrigué. Si je te revois et si c'est l'un de ces instants-là, où l'on touche l'indicible du bout des lèvres, peut-être évoquerai-je ton regard. 

Par aubes, 22:12.

Lire la suite ( 2 mots )

Remonter encore le temps

Miroir

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Fragments

Je tombe alors au fond de moi-même, je coule et je prends plaisir à ces retours vertigineux de la conscience quand je suffoque et me noie. La vie défile à toute vitesse comme un vieux film recollé, plein de déchirures, de trous, de scènes ridicules, de personnages à l'envers, de titres démodés pour s'arrêter soudain sur une seule image, qui n'est pas toujours la plus belle, mais qui devient lumineuse à force de fixer l'attention.

B. Cendrars



Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous!

Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est. Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront, il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise.

C. Baudelaire



-Quelquefois je me demande ce que nous sommes en train d'attendre.
Silence.
-Qu'il soit trop tard, madame.

A. Baricco



"Et quand tu seras consolé (on se console toujours) tu seras content de m'avoir connu."

Saint-Exupéry



Framboisier


Allers simples

Mapemonde

Impasses